Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Motion de censure : la 103 ème      
mardi 8 avril 2008

 

La motion de censure débattue mardi en application de l’article 49-2 de la Constitution, contre "contre la politique d’alignement atlantiste" de Nicolas Sarkozy et de son gouvernement, est la 103e déposée depuis 1958.

Une seule a abouti à la démission du gouvernement. Le 5 octobre 1962, l’Assemblée nationale avait renversé le gouvernement Pompidou à la suite de la décision du général de Gaulle d’instituer l’élection du président de la République au suffrage universel direct. Suite à cette censure, l’Assemblée nationale fut dissoute.

Les motions de censure peuvent être déposées en application de l’article 49-2 de la Constitution, ou en réponse à l’engagement de responsabilité du gouvernement sur un texte (article 49-3). A ce jour, 52 motions ont été déposées au titre de l’article 49-2, et 51 en réponse à un 49-3.

Pour être recevable, une motion de censure doit être déposée par un dixième des députés, soit 58. Afin d’éviter les motions à répétition, chaque signataire ne peut signer que trois motions durant la session ordinaire et une durant une session extraordinaire.

Un délai minimum de 48 heures est imposé avant son examen en séance. La date de la discussion ne peut avoir lieu au-delà du troisième jour de séance suivant l’expiration de ce délai.

Après le débat, le scrutin est organisé dans les salles voisines de l’hémicycle. Sa durée est fixée par la conférence des présidents.

Seuls les députés favorables à la censure participent au scrutin, ce qui fait que la majorité peut repousser la motion sans même avoir à se déplacer. La motion n’est adoptée que si elle est votée par la majorité absolue des membres composant l’Assemblée.

Hormis le précédent de 1962, la motion de censure est principalement une arme de procédure permettant à l’opposition de provoquer un débat solennel interrompant l’ordre du jour fixé par le gouvernement.

La dernière remonte au 16 mai 2006. Elle avait alors été déposée contre le gouvernement Villepin en pleine affaire Clearstream



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !