Droitpublic.net

 


Sarkozy : quand la chute terminera t-elle ?      
lundi 11 février 2008

 

Le président français Nicolas Sarkozy continue de chuter dans les sondages, une dernière enquête le plaçant lundi à 39% de satisfaits ce qui constitue une dégringolade de 10 points et le plus mauvais sondage d’opinion pour lui depuis son élection, il y a neuf mois.

Le chef de l’Etat recueille en février 58 % d’opinions défavorables, contre 39% de satisfaits et 3% qui ne se prononcent pas, selon un baromètre Ipsos-Le Point à paraître jeudi.

Le président perd dix points par rapport à janvier et les opinions défavorables augmentent de neuf points.

M. Sarkozy a perdu 19 points depuis novembre. Il recueillait alors encore 58% de satisfaits, selon ce baromètre.

Un autre sondage diffusé lundi, le baromètre CSA, donne M. Sarkozy en recul de 6 points avec une cote de confiance tombant à 42%.

Depuis la mi-janvier, les enquêtes d’opinion donnent quasiment toutes une majorité de mécontents de l’action du président.

La politique économique de M. Sarkozy et notamment le dossier du pouvoir d’achat, de même que l’exposition de sa vie privée avec Carla Bruni, sont les principales causes de cette chute, selon les enquêtes d’opinion.

La cote du Premier ministre François Fillon -dont le caractère mesuré et effacé contraste avec l’hyperactivité et l’omniprésence de M. Sarkozy- a en revanche bondi de 7 points avec 52 % de satisfaits contre 45 %, selon le baromètre Ipsos-Le Point.

M. Sarkozy tente depuis quelque jours d’endiguer le mécontentement et a annoncé des mesures pour répondre à l’insatisfaction des Français sur le pouvoir d’achat, notamment avec une prime de 200 euros aux personnes âgées ayant des petites retraites.

La droite redoute de plus en plus que la chute de popularité de M. Sarkozy ne se transforme en un vote sanction lors des municipales en mars.

L’imbroglio sur la candidature du porte-parole de la présidence, David Martinon, dans la banlieue huppée de Neuilly sur Seine, ancien fief de M. Sarkozy, a encore ajouté à la confusion et à la fébrilité à droite.

M. Martinon a annoncé lundi se retirer après avoir été débarqué par un trio de colistiers emmené par Jean Sarkozy, fils du président.

M. Sarkozy se trouvait lundi en Guyane, au coeur de la forêt amazonienne pour évoquer les questions d’environnement, de biodiversité et de développement durable.



L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire
L’état d’urgence et la liberté de manifestation
49.3 sur la loi Travail. C’est acté. 86e application de cet fer de lance législatif.
Elargir la saisine du Conseil constitutionnel à tout parlementaire ?
2017. Calendrier électoral.