Droitpublic.net

 


Sarkozy : chute dans les sondages      
mardi 15 janvier 2008

 

Depuis plusieurs semaines, Nicolas Sarkozy baissait lentement dans les sondages mais c’est la première fois qu’il réunit plus d’opinions défavorables (48%) que de favorables (45%). Selon un sondage BVA-Orange-Express, il baisse en effet de 6 points en un mois et 10 points en deux mois. Le chef de l’Etat recueille 45% de bonnes opinions, dont 8% de "très bonnes". Les mauvaises opinions progressent de 5 points en un mois (et de 10 en deux mois) à 48%, dont 22% de très mauvaises. 7% ne se prononcent pas. A l’inverse, François Fillon voit sa cote de bonnes opinions remonter de deux points à 43%, les mauvaises opinions se stabilisant à 43% également.

Les sympathisants de droite sont encore 80% à avoir une bonne opinion de l’action de Nicolas Sarkozy, mais ils ne sont que 16% parmi les sympathisants de gauche et 42% chez les Français n’affichant aucune proximité partisane. Selon Jérome Sainte-Marie, trois secteurs de l’opinion publique sont "à l’origine de cette dépression". Il cite les catégories populaires qui manifestent leur déception sur le pouvoir d’achat, la désaffection inédite des personnes âgées (-11% de popularité), "qui peut être liée aussi bien à des considérations financières qu’à un jugement de valeur sur le style présidentiel", et "la défiance de nouveau massive des sympathisants Modem et des électeurs déclarés de François Bayrou".

Ces dernières semaines, le président de la République était en baisse dans tous les sondages. Selon le baromètre Ifop-Paris Match publié le 7 janvier, il perdait 4 points sur décembre avec 53% des sondés approuvant son action, 46% (+3) la désapprouvant. Selon un sondage LH2-Libération rendu public le 6 janvier Nicolas Sarkozy conservait une opinion positive auprès de 54% des Français, mais perdait deux points par rapport à décembre. Il obtenait 44% d’opinions négatives.

Selon le baromètre CSA pour i-Télé/Le Parisien-Aujourd’hui en France rendu public le 5 janvier, Nicolas Sarkozy accusait, à 48%, un recul de 7 points de sa cote de confiance sur un mois, 45% (+8) ne lui faisant "pas confiance". Parmi les personnalités politiques, celles de gauche sont toutes en hausse sensible. La maire de Paris Bertrand Delanoë arrive en tête du baromètre (49% souhaitent qu’il ait plus d’influence, +3) mais Ségolène Royal (44%) progresse fortement (+8) chez les sympathisants de gauche.

Le sondage BVA a été réalisé en face à face du 10 au 12 janvier auprès d’un échantillon national de 1.051 personnes âgées de 18 ans et plus (méthode des quotas). Notice détaillée disponible auprès de la Commission des sondages.



L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire
L’état d’urgence et la liberté de manifestation
49.3 sur la loi Travail. C’est acté. 86e application de cet fer de lance législatif.
Elargir la saisine du Conseil constitutionnel à tout parlementaire ?
2017. Calendrier électoral.