Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Mauvais comptes pour les formations politiques françaises...      
lundi 31 décembre 2007

 

Les principaux partis politiques ont accusé des pertes en 2006, selon le rapport annuel de la commission des financements politiques. Les cinq partis dont les dépenses ont été les plus élevées en 2006, sont, dans l’ordre décroissant, l’UMP, le PS, le PCF, le FN et l’UDF.

Viennent ensuite les Verts, Lutte Ouvrière, le Mouvevement pour la France, la LCR, et enfin le PRG.

Prêts à lancer beaucoup de moyens dans les deux campagnes électorales de 2007, l’UMP et le PS accusent un déficit en 2006. 3,3 millions d’euros, pour des charges de 56,4 millions pour le parti présidentiel, où l’on dépend à 60% des financements publics (32 millions en 2006). Le parti socialiste, qui, lui, compte massivement sur les adhésions (48% contre 39% de financement public) accuse un manque de 762.362 euros pour 49,3 millions de charges.

Le PCF, avec moins de charges que le PS (33 millions), creuse un déficit plus important (829.562 euros). Et l’UDF, pas encore scindée entre partisans de François Bayrou et centristes ralliés à Nicolas Sarkozy, affichait 1,6 million de pertes pour un budget de près de 8 millions.

Quelques partis ont obtenu des bénéfices. Le Front national dégage en 2006 un excédent de 448.979 euros pour près de 8 millions de budget.

Les deux partis trotskistes, pourtant moins dotés, s’assuraient, eux, d’un confortable matelas pour la suite : 617.237 euros d’excédent pour la LCR (près d’un tiers de son budget) et 1,7 million à Lutte ouvrière (la moitié de son budget).

Le Mouvement pour la France de Philippe de Villiers et le Parti radical de gauche étaient eux-aussi bénéficiaires l’année qui a précédé le grand round électoral.



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !