Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Réforme des institutions : un rapport Balladur planté avant même sa remise au chef de l’Etat.      
vendredi 26 octobre 2007

 

Le gouvernement a quasiment confirmé jeudi le report après les municipales de sa réforme des institutions, arguant du calendrier pour différer un projet qui inquiète une partie des parlementaires, notamment UMP. "On va avoir un calendrier assez chargé pour la ré vision constitutionnelle sur le traité simplifié, à ce stade ça veut plutôt dire que ce sera après" le scrutin de mars 2008, a déclaré le porte-parole Laurent Wauquiez lors du compte-rendu du Conseil des ministres. Nicolas Sarkozy avait souhaité que le Parlement, réuni en Congrès, puisse se prononcer avant les municipales sur cette promesse de campagne. Mais "on est sur un sujet sur lequel il faut qu’on prenne le temps de dégager un consensus", a expliqué Laurent Wauquiez.

Il faut "prendre le temps de consulter tout le monde et de trouver des points de convergence", souligne-t-on aussi dans l’entourage du Premier ministre François Fillon. Le comité sur la réforme institutionnelle de l’ancien Premier ministre Edouard Balladur doit remettre ses travaux au chef de l’Etat lundi 29 octobre. Son plan pour renforcer le rôle du Parlement rencontre un consensus, mais d’autres propositions sont loin de faire l’unanimité. Les socialistes, dont l’accord est nécessaire pour obtenir la majorité des 3/5es nécessaire au Congrès, refusent, en particulier, que le président puisse venir s’exprimer devant le Parlement.

Mais ils sont d’accord pour l’instauration d’une dose de proportionnelle... à l’inverse d’un grand nombre de députés et sénateurs UMP. Qui rejettent également la limitation du cumul des mandats. Leurs réticences avaient été sensibles aux journées parlementaires UMP. Elles persistent aujourd’hui. "J’augure que la réforme constitutionnelle ne sera pas bouleversante", s’est ainsi félicité ironiquement mercredi le président du groupe UMP au Sénat, Josselin de Rohan. Jeudi, Laurent Wauquiez a éludé la question d’un journaliste qui lui demandait si le très probable report préfigurait l’enterrement de la réforme. "On a une suspension parlementaire qui est liée aux municipales et qui fait tout simplement que, dans cette période-là, on ne peut pas faire de révision", a-t-il seulement insisté.

Discutant à bâtons rompus avec des journalistes mercredi au Maroc, Nicolas Sarkozy s’était dit à nouveau "convaincu qu’il faut une réforme de la Constitution", avant de manifester une pointe d’agacement : "Soit il y a consensus, soit ceux qui ne veulent pas du consensus s’expliqueront devant les Français". Le chef de l’Etat avait aussi répété que sur ce sujet aussi, il souhaite "que l’on aille le plus vite possible". Une volonté qui paraît en contradiction avec le malaise ressenti dernièrement par une partie des parlementaires de l’UMP, et dont ont témoigné plusieurs épisodes, comme les tests ADN ou la grève des internes en médecine. "Certains disent que nous allons trop vite, d’autres nous reprochent le contraire", a constaté François Fillon jeudi.

en ligne : le rapport



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !