Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Absentéisme parlementaire : suggestions de Guy Carcassonne      
mercredi 25 juillet 2007

 

Guy Carcassonne, membre du comité de réflexion sur la réforme des institutions, a suggéré lundi sur France Inter d’imposer des retenues sur salaires aux députés qui ne seraient pas présents en session parlementaire au moins deux jours par semaine. Cette sanction existe déjà, sans être appliquée, dans le règlement de l’Assemblée nationale en vigueur depuis quarante huit ans. « Avec les moyens électroniques dont on dispose aujourd’hui, les députés peuvent parfaitement et facilement être badgés, cela existe dans tout un tas d’entreprises, et ceux qui ne seront pas présents deux jours par semaine en session, bien sûr devront avoir des retenues sur salaires significatives », a déclaré ce proche de Michel Rocard. « Dans les autres assemblées comparables en Europe, les députés sont présents. En France, ils ne le sont pas et ça fait toute la différence », a-t-il argumenté, relevant que « cette idée s’impose de plus en plus ». « Les gouvernements considèrent normal que n’importe lequel de leurs textes, j’allais dire presque de leurs caprices ou foucades, soit adopté tel quel par le Parlement. Lorsqu’ils ont en face d’eux quelques dizaines de députés, hélas ils l’obtiennent », a expliqué ce professeur de droit public à Paris X et Sciences Po. Deux articles du règlement de l’Assemblée sanctionnent déjà l’absence des députés en commission et en séance publique. Selon l’article 42, l’absence d’un député en commission ne peut être justifiée que par un « empêchement insurmontable ». Si un député a été absent à plus d’un tiers des séances, la sanction est sa « démission » de la commission. Pour les séances publiques, l’article 162 prévoit que « les députés peuvent s’excuser de ne pouvoir assister à une séance déterminée » par une « déclaration écrite, motivée et adressée au président » de l’Assemblée. La sanction est une retenue sur les indemnités (environ 6.000 euros par mois), du tiers si le député a participé « à moins des deux tiers des scrutins publics », des deux-tiers s’il a pris part à « moins de la moitié des scrutins ». M. Carcassonne a par ailleurs confié ne pas être « spontanément sûr » que la proposition de Jack Lang, également au comité, de supprimer le poste de Premier ministre « sera celle qui recueillera le plus facilement l’accord du comité ». Il a encore estimé que le pouvoir présidentiel était déjà si fort qu’il ne pouvait guère être encore renforcé. La possibilité pour le président de la République de s’exprimer devant le Parlement ne lui apportera pas « un millimètre de pouvoir supplémentaire ». « Le principal bénéficiaire de cette réforme, si elle s’opère, ce sera le parlement, davantage que le président », a-t-il estimé. « Nous n’avons aucun tabou, aucune borne, nous pouvons parler de ce dont nous voulons discuter », a-t-il dit, tout en rappelant que le comité n’avait « aucun pouvoir de décision ».



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !