Droitpublic.net

 


Les Responsables politiques français majoritairement corrompus ?      
60% des français le pensent.
jeudi 19 octobre 2006

 

60% des Français estiment que les responsables politiques sont « plutôt corrompus » et 96,5% d’entre eux disent qu’il ne voteraient pas pour quelqu’un mis en cause par la justice, selon un sondage réalisé à l’approche de l’élection présidentielle du printemps 2007. Un tiers des sondés (32,6%) estiment qu’il y a plus de corruption aujourd’hui qu’avant, selon cette enquête menée par l’institut ISL publié ce jeudi dans le quotidien La Croix (1). Plus des deux tiers des personnes interrogées considèrent que le niveau de corruption est élevé dans les principales institutions politiques : selon elles, il y a « beaucoup ou assez » de corruption au sein du gouvernement (77,9%), à la présidence de la République (69,1%), chez les députés (68%). Les Français se disent prêts à dénoncer un acte de corruption dans 61,2% des cas, alors que 30,7% s’y refuseraient. Selon l’étude, les comportements de corruption caractérisés (exemple : un ministre faisant payer des frais de campagne par une entreprise, payer un policier pour éviter une forte contravention) « sont fortement réprouvés » (de l’ordre de 80 à 90% des réponses). Mais d’autres arrangements sont jugés moins sévèrement : demander une lettre de recommandation à un élu pour obtenir une place en crèche est jugé comme « peu grave » par 44,5% des personnes interrogées et « pas grave du tout » par 27,9%. De même, utiliser ses relations publiques pour trouver du travail à un ami est jugé à 70,2% pas ou peu grave. Au total, un quart des enquêtés condamnent explicitement les différentes formes de corruption et les trois quarts la tolèrent parce qu’ils la jugent de faible importance, notamment parce que « le système marche ainsi ».

(1) Le sondage de l’institut ISL a été effectué du 23 janvier au 16 février auprès de 2.000 personnes de plus de 18 ans interrogées en face à face (méthode des quotas).



L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire
L’état d’urgence et la liberté de manifestation
49.3 sur la loi Travail. C’est acté. 86e application de cet fer de lance législatif.
Elargir la saisine du Conseil constitutionnel à tout parlementaire ?
2017. Calendrier électoral.