Droitpublic.net

 


Nomination présidentielle contestée      
mercredi 13 septembre 2006

 

Le directeur du cabinet du garde des sceaux, Laurent Le Mesle, a été nommé procureur général de la cour d’appel de Paris lors du conseil des ministres, mercredi 13 septembre. Il remplace à ce poste Yves Bot, magistrat proche de Nicolas Sarkozy, qui doit, le 6 octobre, devenir avocat général à la Cour de justice des communautés européennes de Luxembourg.

Cette nomination, préparée de longue date par la chancellerie, provoque une vive polémique. Elle est critiquée par l’opposition et par les syndicats de magistrats comme une nomination politique. Le Parti socialiste avait, mardi 12, demandé "solennellement" à Jacques Chirac "de renoncer à cette nomination". En 2007, le président de la République perdra son immunité pénale. Le PS dénonce le fait que "le collaborateur le plus proche de Jacques Chirac dans le domaine judiciaire sera saisi demain de la procédure judiciaire qui vise" le chef de l’Etat. François Hollande devait, mercredi, adresser une lettre à ce dernier.

M. Le Mesle, 55 ans, magistrat dont le professionnalisme et les qualités humaines sont très largement reconnues dans la magistrature, a été le conseiller technique chargé de la justice pour la présidence de la République entre 2002 et 2004. Il avait succédé à Jean-Claude Antonetti, un autre magistrat qui fut l’une des chevilles ouvrières d’une cellule informelle destinée à gérer les conséquences judiciaires, pour la présidence, des affaires visant le RPR. En 2004, M. Le Mesle a rejoint le ministre de la justice, Dominique Perben, pour diriger son cabinet. Il lui a été demandé de rester à ce poste quand Pascal Clément a remplacé M. Perben en juin 2005.

Le poste de procureur général de Paris est l’un des plus importants du ministère public. Placé sous l’autorité hiérarchique directe du garde des sceaux, il supervise l’essentiel des affaires sensibles et décide des choix de politique pénale.

M. Le Mesle sera le supérieur hiérarchique de Jean-Claude Marin, le procureur de la République de Paris, ancien directeur des affaires criminelles de Dominique Perben. M. Marin, fut, de 1995 à 2001, procureur adjoint à Paris en charge des affaires financières, dont il est considéré comme l’un des meilleurs spécialistes. A la chancellerie, M. Le Mesle a géré le retour remarqué d’un autre magistrat réputé proche de la droite, qui a pris récemment le tout nouveau poste de secrétaire général : Marc Moinard, ancien procureur général de Bordeaux, auprès de qui M. Le Mesle a débuté sa carrière au parquet. M. Moinard est resté dans les mémoires comme "l’homme de l’hélicoptère", pour avoir, en 1996, dépêché un appareil dans l’Himalaya afin de retrouver le procureur Laurent Davenas et éviter l’ouverture d’une information judiciaire contre l’épouse du maire de Paris, Xavière Tibéri.

Dans la pure tradition, l’exécutif a pris le soin, depuis 2002, de disposer de relais, tant à la chancellerie que dans la hiérarchie du parquet ou dans les instances européennes.



Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire