Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Nomination présidentielle contestée      
mercredi 13 septembre 2006

 

Le directeur du cabinet du garde des sceaux, Laurent Le Mesle, a été nommé procureur général de la cour d’appel de Paris lors du conseil des ministres, mercredi 13 septembre. Il remplace à ce poste Yves Bot, magistrat proche de Nicolas Sarkozy, qui doit, le 6 octobre, devenir avocat général à la Cour de justice des communautés européennes de Luxembourg.

Cette nomination, préparée de longue date par la chancellerie, provoque une vive polémique. Elle est critiquée par l’opposition et par les syndicats de magistrats comme une nomination politique. Le Parti socialiste avait, mardi 12, demandé "solennellement" à Jacques Chirac "de renoncer à cette nomination". En 2007, le président de la République perdra son immunité pénale. Le PS dénonce le fait que "le collaborateur le plus proche de Jacques Chirac dans le domaine judiciaire sera saisi demain de la procédure judiciaire qui vise" le chef de l’Etat. François Hollande devait, mercredi, adresser une lettre à ce dernier.

M. Le Mesle, 55 ans, magistrat dont le professionnalisme et les qualités humaines sont très largement reconnues dans la magistrature, a été le conseiller technique chargé de la justice pour la présidence de la République entre 2002 et 2004. Il avait succédé à Jean-Claude Antonetti, un autre magistrat qui fut l’une des chevilles ouvrières d’une cellule informelle destinée à gérer les conséquences judiciaires, pour la présidence, des affaires visant le RPR. En 2004, M. Le Mesle a rejoint le ministre de la justice, Dominique Perben, pour diriger son cabinet. Il lui a été demandé de rester à ce poste quand Pascal Clément a remplacé M. Perben en juin 2005.

Le poste de procureur général de Paris est l’un des plus importants du ministère public. Placé sous l’autorité hiérarchique directe du garde des sceaux, il supervise l’essentiel des affaires sensibles et décide des choix de politique pénale.

M. Le Mesle sera le supérieur hiérarchique de Jean-Claude Marin, le procureur de la République de Paris, ancien directeur des affaires criminelles de Dominique Perben. M. Marin, fut, de 1995 à 2001, procureur adjoint à Paris en charge des affaires financières, dont il est considéré comme l’un des meilleurs spécialistes. A la chancellerie, M. Le Mesle a géré le retour remarqué d’un autre magistrat réputé proche de la droite, qui a pris récemment le tout nouveau poste de secrétaire général : Marc Moinard, ancien procureur général de Bordeaux, auprès de qui M. Le Mesle a débuté sa carrière au parquet. M. Moinard est resté dans les mémoires comme "l’homme de l’hélicoptère", pour avoir, en 1996, dépêché un appareil dans l’Himalaya afin de retrouver le procureur Laurent Davenas et éviter l’ouverture d’une information judiciaire contre l’épouse du maire de Paris, Xavière Tibéri.

Dans la pure tradition, l’exécutif a pris le soin, depuis 2002, de disposer de relais, tant à la chancellerie que dans la hiérarchie du parquet ou dans les instances européennes.



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !