Droitpublic.net

 


PPF : un nouveau parti politique      
dimanche 2 juillet 2006

 

Après la création des premiers partis politiques pronant la légalisation du "piratage" (au sens où la loi française l’entend depuis quelques heures maintenant) en Suède et aux Etats Unis, voici qu’a été créé il y a quelques semaines le PPF, Parti Pirate Français Alors que la loi DADVSI vient d’être votée en France, ignorant au passage les demandes de la plupart des personnes ou entités ayant voulu assouplir cette loi (le refus de Richard Stallman à Matignon en étant un très bon exemple), un hacker français a décidé de se donner les moyens de se faire entendre.

PPF pour Parti Pirate FrançaisImage hpk, c’est son pseudo, a donc créé le 21 juin dernier le PPF, Parti Pirate Français. Même s’il ne compte pour le moment qu’un peu moins de 400 "membres", il compte bien devenir aussi grand que ses cousins américains (10 000 membres) et pourquoi pas suédois (225 000 membres), ce dernier jouant déjà un rôle plutôt important dans la politique de ce pays.

Le programme du parti se résume en six points, tous non négociables :

* La libre circulation des informations sur internet

* L’abolition du droit d’auteur

* Le droit à l’anonymat sur internet

* Le droit au partage sans contrainte de toutes les oeuvres numériques

* La suppression de la taxe sur les supports vierges

* La gratuité de l’accès à internet

Bref c’est plutôt radical... A noter que le PPF demande de rester dans la légalité pour chacune de ces actions, il a besoin de personnes "libres et non derrière les barreaux".

A peine né et déjà aux présidentielles 2007 ! Enfin presque. Même s’il sait qu’il n’a pour le moment pas les moyens de se présenter à une quelconque élection, le parti envisage toutefois de jouer son rôle lors des élections présidentielles et législatives de 2007.

Premiers visés : les députés ayant voté en faveur de la loi DADVSI. Pour chacun d’entre eux, un blog sera créé sur lequel les déclarations du député en question seront reportées. L’accent sera mis sur la contradiction entre ces propos, de façon à rendre ces personnes impopulaires. Comme l’a déclaré hpk sur la chaîne de télévision LCI, une élection se joue à 5 ou 10 000 voix, et c’est sur ces voix là que le parti veut faire pencher la balance.

L’initiative française semble avoir donné des idées puisque les italiens viennent à leur tour de créer leur parti pirate. Si un point de vue un peu plus du côté des citoyens est forcément une bonne chose dans la politique, la radicalité des idées de ce parti pourrait ne pas le rendre forcément très suivi, à ses débuts tout du moins...



Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire