Droitpublic.net

 


CSM et sa réforme      
samedi 20 mai 2006

 

Très critiqué au fil des réflexions sur la réforme de la justice qui ont suivi l’affaire d’Outreau, le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) propose des pistes pour se réformer, dans son rapport d’activité publié vendredi 19 mai. Il demande notamment que le garde des sceaux, son actuel vice-président, ne soit plus membre de droit.

Organe de nomination et de discipline du corps judiciaire, le CSM regrette de voir une grande partie des carrières lui échapper au profit du pouvoir exécutif : les procureurs généraux sont nommés en conseil des ministres, et, pour le choix des procureurs, le Conseil ne donne qu’un avis simple. Il réclame un alignement sur le mode de nomination des juges du siège, pour lesquels il fournit un avis conforme à la chancellerie. Le CSM sollicite aussi un pouvoir de proposition pour tous les magistrats : actuellement, il ne l’exerce que pour les 330 postes hiérarchiques du siège, parmi 7 700 magistrats.

En matière de discipline, le CSM réclame le pouvoir de saisir l’inspection des services judiciaires et celui de sanctionner les magistrats du parquet, deux prérogatives réservées au ministre de la justice. Le rapport 2005 suggère aussi que les citoyens adressent leurs réclamations à un organisme indépendant. Enfin, le CSM propose la parité entre ses membres magistrats (12 sur 16 actuellement) et les non-magistrats.

Devant l’UMP, le 3 mai, Nicolas Sarkozy avait dénoncé "la mainmise syndicale sur les nominations". Sur 16 membres désignés pour quatre ans, 6 sont élus sur listes syndicales. Ils viennent d’être renouvelés. Dans le CSM qui s’installera le 3 juin, l’Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire) disposera de 4 élus et le Syndicat de la magistrature (SM, gauche) de 2. Le CSM conserve une coloration de droite, mais, en son sein, les alliances, complexes, ne dépendent pas des seules étiquettes politiques ou syndicales.



L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire
L’état d’urgence et la liberté de manifestation
49.3 sur la loi Travail. C’est acté. 86e application de cet fer de lance législatif.
Elargir la saisine du Conseil constitutionnel à tout parlementaire ?
2017. Calendrier électoral.