Droitpublic.net

 


Nicolas Sarkozy : Premier ministre ?      
mardi 9 mai 2006

 

Moins d’un an après la nomination de Dominique de Villepin, le 1er juin 2005, Jacques Chirac va-t-il être obligé de changer à nouveau de premier ministre ? Officiellement, le démenti est clair et net : le président français garde toute sa confiance à Dominique de Villepin et il n’est pas question de changer de gouvernement. Lundi matin, les trois hommes étaient devant l’Arc de Triomphe, à Paris, pour la commémoration de l’Armistice du 8 mai 1945. Tout sourire. En apparence, car la rumeur ne cesse de courir.

Le premier ministre est empêtré dans l’affaire Clearstream. Non que les juges, qui devraient l’entendre prochainement, aient quelque chose à lui reprocher. Mais il est soupçonné d’avoir caché ce qu’il savait de l’affaire à son ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, dont le nom figure (avec celui d’autres personnalités politiques de droite et de gauche) sur un faux leasting de la banque luxembourgeoise, comme ayant des comptes occultes à l’étranger. Prévenu de l’affaire dans des circonstances rocambolesques où les agents secrets croisent les responsables politiques et les patrons d’industrie, Villepin aurait, au mieux, omis de prévenir Sarkozy ; et au pire, utilisé l’affaire pour tenter de se débarrasser de son rival. Sarkozy est formel : il veut savoir toute la vérité, quelles qu’en soient les conséquences. Les juges doivent l’entendre, en tant que victime, dans les tout prochains jours.

Très affaibli dans l’opinion (20% seulement d’opinions favorables), Dominique de Villepin est de plus en plus contesté. La gauche réclame sa démission et à droite, on se demande combien de temps il pourra tenir. Si de nouvelles révélations interviennent, la pression pourrait contraindre Jacques Chirac, à un an tout juste de la fin de son quinquennat, à mettre de l’ordre dans la maison.

Là, deux hypothèses. Soit le président choisit pour premier ministre un homme qui connaît bien la machine de l’Etat mais sans ambition personnelle, qui le laisse finir son mandat en toute tranquillité tout en ne faisant pas d’ombre à Nicolas Sarkozy, futur candidat de la droite à la présidentielle. Dans cette catégorie figure par exemple l’actuel commissaire français à Bruxelles, Jacques Barrot. Nicolas Sarkozy aurait ainsi mis son veto à la nomination de deux de ses collègues ministres, qui pourraient être ambitieux ou le devenir : le ministre de l’Emploi, Jean-Louis Borloo, ou la ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie.

Soit Jacques Chirac nomme Nicolas Sarkozy premier ministre. Depuis les manifestations de rue contre le contrat première embauche (CPE), les relations entre les deux hommes se sont améliorées. Comme l’explique un ministre qui n’aime pas Villepin, ils peuvent parler et se comprendre en « professionnels ».

A première vue, pour Sarkozy, ce scénario ne présente que des inconvénients : d’abord parce qu’il n’est pas dans son tempérament de rester inerte pendant un an, alors qu’on ne lance pas de grandes réformes, en France, à un an de l’élection présidentielle, dont tout découle. Ensuite parce qu’il a l’intention de faire campagne sur le thème de la « rupture » et que se présenter en ultime premier ministre de Jacques Chirac n’est pas le meilleur moyen d’incarner le renouvellement.

Pourtant, Nicolas Sarkozy est tenté. Car il est aussi dans la psychologie du personnage de relever les défis. En l’espèce, il y en aurait deux : d’abord, gouverner utilement pendant cette fameuse dernière année. Ensuite, tenter de réussir là où trois autres chefs de gouvernement ont échoué (Jacques Chirac en 1988, Edouard Balladur en 1995 et Lionel Jospin en 2002) à savoir passer directement du poste de premier ministre à celui de président de la République. « La tentation est réelle mais mortelle », disent certains dans son entourage, alors que Nicolas Sarkozy doit prononcer ce soir à Nîmes, dans le midi de la France, un grand discours détaillant sa vision de la France. Malgré les démentis, la question de l’éventuel remplacement de Dominique de Villepin par Nicolas Sarkozy est bien à l’ordre du jour.



Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire