Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Nouvelle-Calédonie : projet de loi constitutionnelle pour surmonter une décision du Conseil constitutionnel      
mercredi 29 mars 2006

 

Après des années de contestation en Nouvelle-Calédonie, le texte du garde des sceaux figera le corps électoral selon les accords de Nouméa.

Pascal Clément, garde des Sceaux, a présenté mercredi 29 mars en conseil des ministres un projet de loi constitutionnelle afin de figer le corps électoral en Nouvelle-Calédonie, conformément aux accords de Nouméa du 5 mai 1998, donnant ainsi satisfaction aux Kanaks après des années de contestation. Dorénavant, lors des élections du congrès et des assemblées de province en Nouvelle-Calédonie, ou lors d’un éventuel référendum d’autodétermination, le texte change la donne : seuls pourront voter les personnes inscrites "sur le tableau arrêté en vue de la consultation du 8 novembre 1998, et justifiant d’une durée de résidence de dix ans en Nouvelle-Calédonie à la date de l’élection, ainsi que leurs enfants lorsqu’ils accéderont à la majorité".

En 1988, l’accord de Matignon signé entre le Front de Libération Nationale Kanak Socialiste (FLNKS) et le gouvernement précisait que seuls seraient habilités à se prononcer aux scrutins locaux et lors d’un éventuel référendum les membres de la "nation kanak" ainsi que tous ceux arrivés en Nouvelle-Calédonie avant 1988.

Dix ans plus tard, dans le cadre de l’accord de Nouméa, le FLNKS avait accepté de reculer cette date limite à 1998, si les personnes concernées justifiaient de dix années de résidence à la date de l’élection. En échange, l’accord de Nouméa reconnaissait une "citoyenneté de la Nouvelle-Calédonie". Cependant le Conseil constitutionnel avait estimé en mars 1999 que les dix années de domicile devaient s’apprécier "à la date de l’élection [...] quelle que soit la date de leur établissement en Nouvelle-Calédonie, même postérieure au 8 novembre 1998". Les Kanaks contestaient cette interprétation, redoutant que l’arrivée de migrants métropolitains ne modifie le corps électoral et craignant de perdre du même coup la majorité au moment d’un référendum.



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !